Relevés
mail@quentinleclerc.com
201220132014201520162017
SACCAGE / LA VILLE FOND


Dans mon téléphone, je suis retombé sur deux photographies prises lors d'une promenade autour du plan d'eau de Lamballe, en octobre dernier. Je prends très rarement des photos. La municipalité avait installé le long du sentier qui entoure le plan d'eau une série de photographies en très grand format, qui représentaient des paysages du monde entier. L'exposition semblait permanente car les photographies avaient été fixées au sol à l'aide de poteaux en bois.

Je trouvais amusant que l'on superpose des images d'ailleurs sur le paysage commun, comme si ce dernier n'était pas suffisant, comme s'il fallait cette sur-impression qui masque les arbres habituels pour mesurer la beauté de notre planète. L'exotisme, c'est aussi la dissimulation de la valeur quotidienne des choses.

J'ai passé mon après-midi à écrire des recettes de cuisine.

Tout à l'heure, sans trop savoir comment, comme d'habitude sur internet, je suis tombé sur une jeune femme dont le métier est d'être influenceuse, c'est-à-dire qu'elle incite les gens à acheter les produits des grandes marques par lesquelles elle est rémunérée. Et je me rendais compte, à l'écouter parler dans une de ses vidéos, que la vertue principale de leur travail, c'est d'être sincère, de toucher une sincérité si profonde qu'elle fait oublier qu'il y a derrière le discours un commerce, que chaque instant d'une vie (un voyage, une matinée, une rencontre) est le prétexte pour placer quelques liens affiliés et des bons de réduction, et que plus le message semble vrai, plus il est rémunérateur. Que le verbe devienne monnaie.

Si vous buvez plusieurs verres d'eau d'affilé, vous finissez par être dégoûté de l'eau.

Zac's Haunted House


En ce début d'année, évidemment, on rappelle les bases : bien s'hydrater.

Hier, au Musée de Bretagne, j'ai pu écouter la légende du Pont de St Cado. Dans cette version de la légende, il est dit à un moment que la mère de Lucifer observait son fils construire le pont qui devait relier l'île au continent. L'image me plaît, mais qui est la mère de Lucifer ? Tout de suite me revient la figure de Judy dans la troisième saison de Twin Peaks, sorte d'entité féminine qui serait la mère du Mal, ou son foyer, c'est difficile à dire. Je fais quelques recherches, et c'est là que j'apprends que Lucifer veut dire « Porteur de lumière » (ensuite je me souviens de sa destinée d'ange déchu). Mais je n'apprends rien sur sa mère.

Plus tard, finalement, je découvre que sa mère est l'Aurore, ce que j'ignorais. Le lien avec Twin Peaks, à peine noué, se défait déjà.


Tout le monde semble persuadé que Pynchon est un érudit incroyable, extrêmement bien documenté quant aux sujets qu'il traite dans ses romans. Je pense exactement l'inverse : plein d'esbrouffe, sans aucune donnée précise, juste la surface des choses, plus occupé à faire croire qu'il est intelligent qu'à l'être réellement. Et c'est ce qui fait tout l'intérêt de son travail, justement. Le mauvais élève qui décroche le premier prix.

Je lis tous ces auteurs qui rendent compte de discussions bien inspirantes qu'ils ont eues avec Paul Otchakovsky-Laurens, qui fut parfois leur éditeur. Je pense aux discussions que j'ai avec les miens (d'éditeurs). Il faudra bien en effet encore cinquante ans et leur décès pour les rendre aussi inspirantes. D'autres anonymes diront : je les ai croisés une fois il y a fort fort longtemps au salon du livre de Paris, on s'est entretenus longuement des forêts de Patagonie et de Buffy contre les vampires, c'était une belle journée.

En train de signer une tribune qui défend le droit des inconnus à me faire des balayettes glissées dans les lieux publics sans mon consentement.

J'ai conçu un site internet qui ne comporte aucun lien hypertexte. Il ne comporte aucun texte non plus. Il est impossible de cliquer nulle part. Pourtant, c'est bien quelque part, c'est bien une destination. C'est une destination noire car la couleur de fond est noire. Il est toujours possible de la changer pour du blanc, mais le noir fait bien plus inspirant. Tout de suite, quand on arrive sur un site au fond noir, on se dit qu'il y a du mal qui rôde quelque part.

« Et maintenant c'est la maison qui commence à s'emplir de sable, comme la coupe inférieure d'un sablier qui jamais plus ne sera retourné. » – Thomas Pynchon, V. (trad. M. Danzas).


Mon essoreuse à salade possède une fonction TURBO. Ma voiture non.

À l'usine, les autres ouvriers avaient réussi à me convaincre que si on ne mettait pas de la viande en continu sur le tapis roulant, les lames des hachoirs s'abimaient à force de tourner dans le vide. Ils en étaient eux-mêmes convaincus.

« l'oasis étincelante des stations-services barbouillées de couleurs fluorescentes sous le dais des palmiers, bientôt enveloppés, le long des corridors des rues, par les brumes nocturnes, l'air de l'adobe, l'odeur de brûlé de feux d'artifice au loin, le monde disloqué qui s'écoule. » – Thomas Pynchon, Vineland (trad. M. Doury).


Le soir dernier, j'ai lancé une partie de Zelda: A Link To The Past, sur émulateur. Je me disais que, peut-être, j'avais assez oublié ma partie précédente pour redécouvrir le jeu comme la première fois. En réalité, j'ai à peine avancé dans le château d'Hyrule, quand on suit son incapable père parti sauver la princesse et déjà bloqué dans le premier couloir. J'ai été pris d'un ennui profond, encore une fois, sans doute, à cause de la lenteur du jeu (qui est pourtant fluide). J'ai abandonné ma sauvegarde, j'ai désinstallé l'émulateur, et je suis passé à autre chose.

Le début d'une nouvelle année est toujours l'occasion parfaite pour faire un bilan que je ne fais jamais.

Sophie Taeuber-Arp, Personnages.