Relevés

Relevés


☎ M'écrire un email♫ Acheter Casca la couronnée

201220132014201520162017201820192020202120222023



Mista prend un portail pour sortir du sanctuaire qui l’amène dans les garages de la mairie de Miami.

Il peut se garer sur une place libre.

Il prend l’ascenseur avec Pluton jusqu’au rez-de-chaussée et va se présenter à l’accueil. Le réceptionniste est content de le revoir. Il dit : monsieur Mista, je suis content de vous revoir. C’est votre chien ?

Mista regarde Pluton.

Il dit : ce n’est pas vraiment mon chien. Il a l’air heureux, dit le réceptionniste. Mista regarde Pluton tirer la langue et remuer la queue.

Il l’est, dit Mista, je crois.

Le réceptionniste se baisse derrière son comptoir puis en fait le tour pour donner une friandise à Pluton.

Il s’accroupit et dit : tiens mon grand.

Il regarde Mista tout en restant accroupi près de Pluton. Il demande : au fait, qu’est-ce qui vous amène ?

Le maire a été kidnappé, dit Mista.

C’est vrai, dit le réceptionniste, l’air préoccupé. Vous pensez que c’est grave ? Il caresse Pluton qui mange la friandise. Un peu grave, dit Mista. Mais pas grave grave.

Il dit : grave tranquille.

Ouf, dit le réceptionniste.

Il rigole en plissant les yeux.

Bonjour, je suis Mr Wright. Mon hobby, c’est écrire des lettres… Le problème, c’est que quand j’écris, je n’ai jamais de réponse…


Mista est allongé dans le canapé du salon de la maison du roi. Il lit le tome 25 de Hunter x Hunter, avec la scène d’action où tout se passe en quelques secondes.

Il pense que cette scène est un banger autant dans son dispositif que dans son récit. L’alchimie de la forme et du fond décuple la tension et le plaisir.

Mista pense : c’est une masterclass.

Mais il est dérangé par son téléphone, qui vibre et s’allume sur la table basse à côté. Il ne peut pas ne pas le voir.

Diavolo est en train de l’appeler.

Mista pose son manga ouvert sur son ventre et tend son bras pour attraper le téléphone.

Il dit : oui patron.

J’ai besoin de toi, dit Diavolo.

Il lui explique la situation du kidnapping, des personnes avec les masques de personnages de Peter Fire, et du Coltrane Club 3000. Il lui demande dans combien de temps il peut être là.

Mista regarde sa montre mais en vrai il n’a aucune idée du temps dont il a besoin pour quitter le sanctuaire. Il prend quand même en compte le temps dont il aura besoin pour terminer son tome avant de partir.

Il dit : je sais pas. Peut-être dans deux ou trois heures.

C’est trop, dit Diavolo, je t’attends dans 30 minutes.

Et il raccroche.

Mista pense : je vais jamais avoir le temps de finir de lire.

Il se lève et appelle Casca qui est au premier étage. La tête de Casca apparaît en haut de l’escalier. Elle dit : ouais ? Je dois y aller, dit Mista. Mon boss a besoin de moi.

OK, dit Casca. Tu reviens quand ?

Je sais pas, dit Mista.

Tu reviendras ? demande Casca.

Mista dit : je sais pas non plus.

Il prend le tome 25 avec lui avant de sortir de la maison. Il s’installe dans sa BM et remarque que Pluton est déjà assis sur le siège passager. T’es pas obligé de venir avec moi, dit Mista.

Pluton aboie.

Mista lui caresse la tête.

Il dit : en route alors.

zizou, in that particular moment, feeling cheated and unwanted, becomes even more dissatisfied with herself and her job, because she believes the article should have been praised - or, at the very least, given more attention… maybe even featured on the front page of the magazine website. – Mike Kleine, Third World Magicks.


J’avais pas écouté Arab Strap depuis mon année de prépa.

Arab Strap - New Birds

And she just asks you straight out
If you want to come and stay at her flat
But you make sure you get separate taxis
And you go home and there might be a slight regret
And you might wonder what you missed

A part of me wants to keep this space separate from my everyday life. I want people to read me, but also…I’m terrified of people reading me. (I’m a lot of fun). – Note to self


Je mets tous les éléments en place. Le mouvement d’ensemble.

Pour vraiment me connaître, il vaut mieux lire mes livres. Quand je dis lire, c’est lire.

Un deck c’est une logique fermée en 100 cartes. S’il est assez bien construit il peut atteindre la perfection.

Il faut sauver tout le monde, mais ce n’est pas possible.

On va essayer de faire quelque chose de simple.

Les gars, je suis Dale ! Je me souviens maintenant ! Je suis vraiment Dale ! J’ai enfin retrouvé la mémoire !

Tu as toujours été Dale ! Tu avais juste oublié !

Tous les moi du passé sont dans le passé.

J’éternue toujours en mangeant le premier carré de chocolat.


Il y a soi-disant un seul homme qui fait tourner le monde tout entier. Non, en fait, je ne sais pas vraiment si c’est un homme. J’imagine que ça pourrait très bien être une femme, ou même un gamin.

Passe le bonjour à la prochaine grenouille que tu croiseras.

Je suis en train de lire Le Mur invisible qui est globalement surcôté et même assez chiant.

Peter Fire a découvert que le roi n’avait aucun pouvoir. Il a essayé de le forcer avec la pierre, mais le roi n’a rien pu lui offrir. Il s’est mis en colère et l’a enfermé dans les sous-sols du Coltrane Club 3000. Il faut qu’on aille le sauver madame, sinon il va mourir pour de vrai.

Et il ne faut surtout pas que le roi meure, dit Safia Sofi. Sinon tout va s’effondrer.


Doppio a privatisé le Granada Golf Course, le plus beau des golfs de Miami.

C’est un de ses privilèges en tant que maire de la ville.

Son équipe de sécurité l’attend au club-house. Certains des agents sont en terrasse et les autres contrôlent les voitures des joueurs qui se garent sur le parking.

Ils les préviennent que le parcours n’est pas accessible pour le moment mais qu’ils peuvent s’entraîner au practice s’ils le souhaitent.

La plupart des joueurs font demi-tour parce qu’ils veulent avant tout profiter de l’expérience exceptionnelle du parcours.

Personne ne vient au Granada Golf Course pour taper des balles dans le vide.

Le parcours est protégé par des grillages électrifiés qui empêchent les intrus d’y accéder depuis les boulevards qui l’entourent.

C’est un sanctuaire où la nature et les animaux sauvages peuvent vivre en paix.

Doppio joue chaque trou avec décontraction. Il n’est pas là pour faire sa meilleure carte, mais pour profiter de ce que le moment présent peut lui offrir. Si des fois il rate une balle, il en joue une autre du même endroit.

Il ne veut pas se mettre la pression.

Il reste très perméable à l’environnement qui l’entoure.

Il se met en place au début du trou 14 pour taper un beau driver avec un léger draw qui lui permettra d’attaquer le green en deux et d’assurer le par.

Le birdie dépendra de la qualité de son approche.

Mais des arbustes qui bruissent derrière le départ l’empêchent de garder son attention sur sa balle.

Il se retourne plusieurs fois en direction des arbustes, qui retrouvent leur immobilité une fois qu’ils sont vus. À chaque fois il doit reprendre sa ligne et son placement devant le tee.

C’est agaçant mais il ne peut pas en vouloir aux animaux sauvages.

Ils n’ont pas de mauvaises intentions.

Doppio finit par envoyer une balle à 250 mètres plein fairway, à l’emplacement exact qu’il avait imaginé dans son espace mental. Le golf est un sport de projection. La balle suit dans la réalité le chemin qui a déjà été fait dans l’esprit.

Doppio regarde la balle où elle est.

Il est satisfait.

Belle balle, dit une voix dans son dos.

Doppio se retourne et fait face à un groupe de dix personnes avec des masques de personnages du dessin-animé Peter Fire et des combinaisons noires en lycra.

Le spot est idéal pour attaquer le green en deux, dit celle avec le masque de Griffith.

Celle avec le masque d’Isidoro dit : il peut même jouer le birdie. Ouais, dit celle avec le masque de Puck, un fer 9 ou un pitch bien piqué devrait le faire.

Qui êtes-vous ? demande Doppio.

Toutes les personnes se regardent les unes les autres. Ça se voit pas ? demande celle avec le masque de Griffith. On est venus vous kidnapper.


Je suppose que maintenant il faut se remettre au travail.

Des fois j’aimerais juste pouvoir profiter de ce qui a déjà été fait.

Mon travail, c’est d’écrire des livres. Le reste, ce n’est pas mon travail, c’est du temps que je donne. Je n’ai aucune obligation. Je n’ai aucun contrat. Je ne touche pas d’argent. Je fais ce que je veux. Ce n’est pas ma responsabilité.

Les scènes ont du mal à se structurer dans ma tête.

On dit que l’âme est l’architecte du corps et le corps l’architecte de la maison. Et de la même manière que la santé du corps dépend de certains principes, la maison doit obéir à des règles de base. Par exemple, une porte plein sud est une aberration.


Le capitalisme a fait en sorte que dans mon enfance je m’attache à des objets dans lesquels j’ai transféré des morceaux de moi.

Mais le capitalisme ne vit que dans l’écrasement de l’existant, et tous ces objets j’ai dû très vite les écarter de ma vie pour les jeter ou les remplacer par d’autres objets plus récents.

Ce remplacement s’est accéléré au point que je n’ai plus éprouvé aucun attachement pour aucun objet dans ma vie.

Mais aussi au point que tous les morceaux de moi contenus dans les objets ont fini disséminés partout dans le monde, dans des poubelles, des fonds de placards, dans le feu.

Je n’ai jamais eu le temps de comprendre la valeur des objets que j’ai abandonnés.

Je ne suis pas le seul. Il y a beaucoup d’autres personnes dans mon cas. Et depuis on achète à des prix prohibitifs tous les objets qui avaient de la valeur à nos yeux.

Mais le capitalisme est le meilleur allié de la nostalgie, car il sait donner une valeur monétaire énorme ($) aux objets qui ont une valeur sentimentale énorme.

Tous les gens de ma génération se sont attachés aux mêmes objets, les ont abandonnés au même moment, et maintenant doivent les racheter pour se retrouver.

Moi j’ai besoin de comprendre qui j’étais. Je ne peux pas tout abandonner. Je dois aller contre le capitalisme tout en l’embrassant.

Il n’y a toujours que trois raisons possibles : soit votre livre est nul, soit sa communication n’est pas bien faite, soit tout le monde vous déteste.

Pas besoin de cumuler les trois, une seule suffit pour échouer.

Pas certain que si je me plaignais moins les choses iraient mieux.


Je vous souhaite de réussir si vous publiez des livres, parce que ce n’est pas mon cas et c’est sincèrement douloureux.

Safia Sofi dit : je les ai entendus parler à travers la porte du bureau. Je crois qu’ils veulent faire exploser la mairie.

Peter Fire passe dans la même rue où se trouvait le magasin d’informatique de diegoSSIMO. Une affiche collée sur la vitrine indique un numéro où appeler pour louer l’espace. Les étagères à l’intérieur sont vides et se distinguent à peine sur les murs blancs.

Peter Fire actionne la poignée et la porte s’ouvre. Il regarde derrière où au cas où quelqu’un le verrait entrer.

Il va tout de suite dans l’arrière-boutique, où il découvre des cartons d’écrans et des claviers en vrac par terre. Il ne cherche rien de spécial mais fouille quand même.

Il y a toujours un truc à trouver.

Je viens de lire la phrase Il suffit de cliquer sur son clavier d’ordinateur dans le 3ème paragraphe d’un roman sorti ce mois-ci. C’est dingue d’écrire des trucs pareil.

Lorsque la chance nous sourit, c’est formidable, et quand ça tourne mal, c’est l’enfer. J’ai connu plusieurs échecs cuisants. Tout le monde en fait l’expérience. Et vous savez quoi ? Si vous avez renoncé, si vous n’êtes pas allé jusqu’au bout de votre projet, vous mourez deux fois. – David Lynch et Kristine McKenna, L’Espace du Rêve.


Le commerce du livre est gangrené par la course à la nouveauté. C’est encore pire que dans le jeu vidéo. Publier un livre et le faire vivre 10 ans est bien plus complexe que publier 10 livres que l’on fait vivre un mois (ce qui est déjà complexe).

CHLOÉ PRICE / MISTA / LEBLANC / PETER FIRE

Les abeilles volent jusqu’en haut des immeubles.

Il porte une chemise à fleurs ouverte sur un tee-shirt blanc, un pendentif en argent, un short beige et des tongs en plastique.

C’est sa tenue d’été.

J’écris plein de phrases pour voir où elles me mènent.

Des fois vous avez pas l’impression de lire les mêmes phrases et les mêmes idées dans tous les livres ? Là par exemple je viens de lire rendre la nature habitable, l’apprivoiser, la domestiquer, bref la dominer, et j’ai l’impression de l’avoir déjà lue des dizaines de fois avec de légères variantes. Tout le monde répète la même chose, mais personne ne se lasse (moi je me lasse).


On ne m’a fait aucune promesse.

Il me reste 8 exemplaires de Casca, que je ne sais pas à qui donner et que je ne peux pas envoyer. Je les ai rangés au fond d’une étagère, derrière une autre ligne de livres qui les cachent. Ils vont rester là un certain temps, comme un poids mort.

J’aurais dû être plus généreux, mais la générosité me rend pauvre.

Des fois je pense aux personnes qui me lisent ici depuis le début, s’il y en a. Je me demande ce qu’elles pensent de ma trajectoire. Si elles pensaient que j’en arriverais là où je suis aujourd’hui, ou si elles imaginaient autre chose. S’il y a des raisons d’y voir du positif. Là où j’ai fait des erreurs. S’il n’y a pas eu que des erreurs, au fond. Si j’oublie le plus important.

Qu’est-ce qui est important ?

Qu’est-ce que j’ai manqué ?

Il y en a qui vivent tellement bien de leur écriture qu’ils peuvent prévoir où ils seront invités dans 8 mois et quels livres ils publieront dans 2 ans. C’est des stars.


Quand j’étais plus jeune, je m’endormais souvent avec l’impatience d’une chose à venir le lendemain. C’était soit un combat difficile dans un jeu, soit une énigme à résoudre, soit des gens à voir, soit une compétition de golf à gagner, soit une promenade à faire, soit un LEGO à acheter. J’y pensais avant de m’endormir et c’est ce désir qui m’endormait. C’était à une époque où je ne lisais pas. Je n’ai plus ressenti cette sensation de hâte depuis longtemps. J’étais un enfant très impatient mais je ne suis plus aussi impatient. Le jour qui vient m’indiffère car j’ai la certitude qu’il ressemblera au précédent. Et tous mes efforts pour me convaincre du contraire ont fini par être déçus. J’ai essayé de changer ma vie, mais ma vie n’a pas changé. J’ai cru que le langage me donnerait des pouvoirs surhumains, mais tous mes livres me plongent dans le silence. J’aimerais avoir quelque chose à attendre. J’aimerais me sentir exister.

Les pestes volèrent tout ce qui était cher à Dominaria, ne lui laissant que ses rêves. Eladämri espérait que les rêves suffiraient.


C’est difficile de maintenir un projet sur le (très) long terme. Il y en a beaucoup qui s’arrêtent au bout d’un ou deux ans. Parce que les gens n’ont plus la motivation, plus l’envie, qu’ils oublient. Parfois c’est parce que les autres ne s’intéressent plus au projet, qu’il n’y a plus de regards. Des fois c’est juste pour changer, comme quand on modifie l’emplacement des meubles dans sa chambre. Tenir plus de dix ans quelque chose, c’est un exploit, c’est très rare. C’est presque un mystère.

Quelle légitimité à parler livres si on n’en vend pas.

Quand on vit un échec, il faut l’accepter, et ne pas recommencer.

il peut inventer un monde selon sa fantaisie, avec la forme de gouvernement qui lui plaît, donner à ses créatures tous les mouvements, les constitutions, les formes, les couleurs, les manières de percevoir, etc., qu’il jugera bons, et créer des tourbillons, des lumières, des pressions et des réactions, etc., à son gré. […] Il peut inventer un monde d’idées, un monde d’atomes, un monde de lumières ou tout ce que son imagination lui dicte.


Price descend les marches de l’amphithéâtre pour rejoindre le bureau sur l’estrade. Il y a derrière elle un grand tableau blanc où elle peut projeter des cartes, des dessins et des textes du passé.

Elle dispose sur le bureau son grimoire, son Dell Inspiron et quelques feuilles volantes avec des notes.

Les étudiants ne se sont pas encore installés.

L’amphithéâtre est vide.

Son cours magistral Histoire des sciences occultes n’est pas le plus populaire de l’université. Les cours les plus populaires s’appellent Méthodes quantitatives pour l’économie et la gestion, Contrôle et innovations managériales ou Microéconomie 1.

Price relit les notes prises sur ses feuilles pendant que son ordinateur s’allume. Elle essaie de faire fonctionner le vidéoprojecteur en le visant de loin avec une télécommande.

Un premier étudiant entre dans l’amphi et s’installe presque au fond. Il sort aussitôt son MacBook Air pour écrire des trucs. Il y a deux bruits dans l’amphi : ceux du vidéoprojecteur et ceux des touches du clavier.

Bonjour, dit Price.

Mais l’étudiant ne répond pas.

D’autres étudiants entrent par groupes et s’installent plutôt au milieu de l’amphi. Ils parlent en entrant, en s’installant et même après s’être installés. Ils n’ont pas encore reçu les signaux qui leur permettent de comprendre que le cours a commencé.

Des signaux comme : Price qui leur dirait de se taire.

Et c’est ce qu’elle leur aurait dit après avoir réussi à configurer le vidéoprojecteur si une étudiante n’était pas entrée à ce moment-là dans l’amphi.

Si elle n’avait pas descendu les marches lentement avec des livres plein les bras.

Si elle ne s’était pas installée toute seule au premier rang, juste en face de son bureau, et si elle ne l’avait pas regardée droit dans les yeux.

Cette étudiante c’est Safia Sofi.

Et elle éprouve un besoin profond de comprendre comment le monde fonctionne.

Après cela, l’Impératrice voulut savoir où se trouvait le Paradis, s’il était dans le monde comme une sorte de centre où`tout était plaisir, s’il était le monde tout entier ou un monde à part, dépourvu de matière et où l’on vivait éternellement ; ou encore si c’était un monde mixte, peuplé de créatures animales vivantes. Ils répondirent que le Paradis n’était pas dans le monde dont elle était originaire, mais dans le monde où elle vivait à présent ; et même qu’il était l’endroit précis où elle tenait sa cour et où se dressait le palais, au beau milieu de la cité impériale. – Margaret Cavendish, Le Monde glorieux (trad. L. Cottegnies).


Tout ce qui a été effacé existe dans une autre strate de l’existence.

J’ai dormi si longtemps.

Le plus dur, c’est de se mettre en mouvement.

Tu connais mon lifestyle : soirées mondaines.

Trop indé pour les indés.

Toi aussi gagne de l’argent en vendant tes vêtements.

Toutes les phrases existent dans la même grammaire.

Le plus simple pour écrire un livre, c’est de parler comme si on voulait écrire un livre.


Je pense qu’il y a quelque chose que je n’ai pas compris quant à l’écriture, ou plutôt un stade que je ne parviens pas à atteindre. Ce n’est même plus une histoire de réception, mais juste : comment écrire clair et simple.

Et ce n’est pas autre chose, mais plus loin.

Une histoire évidente.

Ce matin j’ai encore enlevé une centaine de livres de ma bibliothèque. Je n’éprouve pas de regrets. Je les regarde et je me demande pourquoi je les ai gardés aussi longtemps. Je les mets dans le sac de courses et je les dépose ailleurs. Je suis heureux du vide que leur absence crée. Je me souviens que j’ai d’autres choses à vivre.

C’est une pommade que mon pharmacien m’a mise pendant la nuit. Une pommade pour des muscles tendus. Il voulait que mon bras soit paralysé. Il veut absolument me rendre néfaste et que je parte d’ici et qu’il vienne voler tous mes bijoux.


Price a plusieurs messages sur la boîte vocale de son téléphone fixe. Elle lance le plus récent en haut-parleur pendant qu’elle range des trucs dans son appartement.

La personne qui parle dit des choses auxquelles Price ne veut pas répondre et son message est pareil aux quinze d’avant auxquels Price n’a pas répondus.

La personne qui parle veut que Price lui réponde.

Elle le répète à la fin de chaque message.

Elle veut qu’elle lui réponde pour lui expliquer et qu’elle comprenne. Elle doit comprendre pour ne plus l’appeler.

Price range chaque objet à sa place pour faire comme si le message qu’elle était en train d’écouter n’avait pas d’importance. Il fait partie des bruits de fond comme les oiseaux, les voitures, les avions, les tondeuses et les enfants.

Il n’y a pas besoin de répondre aux bruits de fond. Ils sont là juste pour donner des preuves que les autres vivent en même temps. Chaque nouveau message sur la boîte vocale est une preuve de plus.

Tout le monde lit. Moi je lis.

Il faut remercier les marques pour les cadeaux.

Les bébés sont floutés pour préserver leur droit à l’image.

Il n’y a vraiment pas d’urgence à publier dans un environnement aussi peu disponible aux livres. Il y a d’autres urgences.

Morale : il ne suffit pas de vouloir très fort une chose pour qu’elle se réalise.

Nous croyons précisément qu’il y a des objets qui ont des forces d’intégration, des objets qui nous servent à intégrer des images.


Valouzz mange une bouchée de son maple bacon et dit : c’est un film de cul. Rien qu’au toucher il sait qu’il n’y a pas besoin de croquer.

Putain de merde, dit-il, c’est si fondant. C’est incroyable de pouvoir se faire livrer ça, j’ai pas d’autres mots. C’est une dinguerie sans nom. 9,5/10 encore.

Ce goût de fumé authentique là.

Ce côté satisfaisant.

C’est une explosion les gars.

Vous avez le droit aux pures saveurs de longue longue et très longue cuisson.

Nous sommes des êtres profonds. Nous nous cachons sous des surfaces, mais nous ne sommes pas seulement cachés aux autres, nous sommes cachés à nous-mêmes.


La vie c’est des choses à faire mais dans l’ordre qu’on veut.

Quand je vois que certaines années ici je pouvais écrire au cumulé jusqu’à 400 Ko de textes, je me dis que j’en avais quand même des trucs à dire.

J’ai reçu le Google Pixel 4a mais je suis déçu parce que je l’avais commandé en Barely Blue et en fait il est noir normal.

Sinon il est très bien j’ai rien à dire, mais c’est juste pas la couleur que j’espérais.

Aussi c’est étrange d’avoir un téléphone où toutes les applications sont Google (c’est écrit dessus). Je vais sans doute installer CalyxOS, mais pour le moment j’attends (je ne sais pas ce que j’attends).

Depuis le dernier paragraphe j’ai installé CalyxOS et en fait c’est super simple. Donc je suis content parce que y a plus Google dessus et toutes les applis ont un air de début 2010. Même l’application de SMS/MMS ressemble à Jabber.

C’est cool de voir qu’il est encore possible d’avoir un téléphone qui ne ressemble pas à tous les autres téléphones.


En 2017, j’ai écrit un texte qui liste une quarantaine de carrières littéraires possibles.

Parmi la quarantaine, j’ai cherché celle qui me correspond le plus au moment où j’écris, sept ans plus tard.

Et je crois que c’est la 22 : carrière modeste mais appréciée par dix fidèles lecteurs.

Ce qui me rassure, c’est qu’il y a encore pas mal de trajectoires possibles, comme la 3, splendide carrière littéraire posthume, ou la 18, carrière progressive jusqu’à 35 ans puis succès commercial et jeune millionnaire, voire la 35, aucun succès dans le pays d’origine mais énorme succès à l’étranger.

À mesure que le temps passe les possibilités vont se réduire. J’en ai prévu quelques-unes pour quand je serai mort, mais je ne serai plus là pour les voir, ni en profiter.

Et il vaut mieux profiter de la joie tant qu’on est vivant.

Les livres sont riches mais les avis expédiés. Plus personne ne prend le temps du détail. Tout est transmis à gros volume. C’est à ça qu’on reconnaît le commerce. Si vous voulez une discussion sur ce que vous faites, ayez plutôt des amis.

Pour être bien seul, il faut que nous n’ayons pas trop de lumière. Une activité souterraine bénéficie d’un mana imaginaire. Il faut garder un peu d’ombre autour de nous. Il faut savoir rentrer dans l’ombre pour avoir la force de faire notre oeuvre.


Il suivait les gens dans la rue. Il ne suivait pas les personnes seules, plutôt les couples. Il avançait dans leur dos, sans faire de bruit, ses jambes ne se frottaient pas, ses chaussures ne claquaient pas. Si le couple ne se retournait pas, il ne voyait pas que quelqu’un les suivait. Il ne donnait pas l’impression de suivre, mais plutôt de rentrer chez lui. Il marchait les mains dans les poches, dans le même rythme que le couple, sur le même trottoir, il ne se cachait pas. Il n’avait rien à se reprocher. Il portait toujours une veste en patchwork colorée, alors les couples ne se méfiaient pas. S’il avait été habillé en noir ils se seraient méfiés, ou s’il avait porté un masque, ou une cagoule. Mais il avançait à découvert. Il ne voulait pas spécialement être vu, mais il savait qu’il était invisible. Il savait que si le couple s’arrêtait et lui parlait pour lui demander ses intentions il n’aurait qu’à continuer sa route en silence. Il n’aurait qu’à les dépasser et à retrouver le chemin de sa maison. Il passerait sur un sentier encore éclairé par deux ou trois lampadaires, puis la lumière des lampadaires s’arrêterait, et tout son corps s’enfoncerait dans l’obscurité.

Il y a du mieux, mais le mieux n’est jamais bien.

Le monde est triste et déprimant, je suis triste et déprimé, Miami le sera aussi.

Il n’y a pas d’issue heureuse dans un monde malheureux.


J’ai fait confiance à la littérature, mais la littérature n’avait pas confiance en moi. J’espère qu’on ne dira pas que j’ai été lâche. Je suis de loin le plus courageux.

Je pressens la même destinée pour Casca que pour Rivage : non pas que personne ne l’aura aimé, mais que personne ne l’aura lu.

Je suis déjà allée chez lui. Il n’y a pas de pièce cachée. Il n’y a pas de porte peinte en bleu. Il n’y a pas de mystère. Il les a tuées et les a enterrées dans la forêt ou près de la déchetterie. Il y en a aussi à côté du plan d’eau, sous le terrain de foot du collège. Il ne donnera jamais les emplacements, même si on le retrouve. Elles sont partout. Dès que vous marchez et que vous voyez que le sol est meuble, il y en a une. Elles ne viennent pas toutes d’ici. Il va aussi les chercher dans les communes voisines. Là-bas personne ne s’en rend compte. Il n’y a pas d’articles dans les journaux. Je lui ai déjà parlé, je vois comment il fonctionne. Il veut que tout le monde sache. Il veut que ce soit là et que personne ne puisse l’ignorer. C’est un malade. Je fais les mêmes rêves que lui.


Tu sais qu’on est au 21ème siècle ?

Au moins je suis honnête.

Je ne sais pas dans quelle direction porter Miami = Paradis. J’espérais que Casca transforme le monde dans lequel je vis, mais rien n’a changé. Les villes restent les mêmes. Tout le monde est rentré chez soi. Il n’y a aucun espoir. Une seule personne contrôle tout, mais elle est triste. Elle n’a même plus le courage de protéger son trésor. Les rêves se consument.

Plus personne n’espère rien.

Comment vivre quand il n’y a plus de vie.

MIAMI = PARADIS

CHLOÉ PRICE / SAFIA SOFI / PETER FIRE

Sur le trajet qui nous ramène aux origines, il y a d’abord le chemin qui nous rend à notre enfance, à notre enfance rêveuse qui voulait des images, qui voudrait des symboles pour doubler la réalité. – Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos.


La douleur me rend cynique, la déception rancunier.

Mon livre ne passe pas dans la fente des boîtes aux lettres. Il est trop gros.

Le goût de lumière.

La réussite d’un livre ce n’est pas comme un cadeau d’anniversaire. Il n’y a pas de surprise, ni de fête. Si personne n’a pensé à vous faire de cadeau, vous n’aurez rien. Vous pouvez adopter la posture que vous voulez, vous n’aurez rien. Attendre ou demander, vous n’aurez rien. Si les autres n’ont pas décidé à votre place que ce serait votre anniversaire, ce n’est même pas votre anniversaire. Vous pouvez vous offrir un cadeau à vous-même, et faire la fête de votre côté. Personne ne vous rejoindra. Personne ne regrettera de ne pas avoir été là.


Un libraire écrit dans un coup de coeur que je fais bande à part, Guillaume m’écrit que j’aurai peut-être du mal à toucher une certaine génération de lecteurs (encore que), et Marie me dit des mots semblables que je n’ai pas retenus.

Je regrette d’être seul mais je ne fais rien pour m’intégrer. Toute ma littérature crie : laissez-moi tranquille. C’est parce que je n’ai jamais appris à dire : je vous aime.


J’ai entendu qu’il les gardait chez lui attachées avec des câbles, ou des grosses cordes. Des fois on disait qu’il les gardait dans sa cave, des fois dans son grenier, et même des fois dans une pièce secrète cachée derrière une penderie. Je suis allée chez lui plusieurs fois et je n’ai jamais rien vu. Pourtant il m’a fait visiter sa cave et son grenier. Il y avait du linge, des boîtes en carton, des trucs comme chez tout le monde. C’était pas très différent de chez moi. Il y a quand même une pièce qu’il ne m’a pas montrée. La porte se trouve juste à côté de l’entrée, dans le couloir vers la salle de bain. Elle n’a pas la même couleur que les autres. Elle est peinte en noir, ou une sorte de bleu nuit. Je ne sais pas si la police l’a ouverte depuis, mais s’il y avait des femmes dedans elle l’aurait dit à la presse. Elle n’aurait pas pu cacher une information aussi importante. Tout le monde attend des réponses. Il faut absolument qu’on les retrouve. J’ai peur qu’on ne les retrouve jamais.


Ce matin avant de partir au travail j’ai préparé deux envois de Casca pour Marine et Guillaume. J’ai fait une dédicace de Papilusion pour l’une et de Kadabra pour l’autre. Je ne sais pas trop pourquoi mais j’étais ému en écrivant leurs adresses sur l’enveloppe. J’écrivais 22400 LAMBALLE pour le code postal et j’avais l’impression de rentrer chez moi. J’étais heureux d’envoyer ce livre à des personnes qui me connaissent depuis que je suis enfant. Je me disais qu’il y avait quelque chose de logique dans ce geste, de naturel. De faire un cadeau à ses amis du passé.

Après j’ai fait une dédicace de Dracolosse pour Aurélie sur un de mes exemplaires d’auteur, parce qu’elle est venue à la soirée de lancement mais m’a dit que le livre était trop cher pour elle, ce que je comprends très bien.

Je ne sais pas vraiment pourquoi je m’acharne à créer, mais certains jours des gestes font sens.

Il faut s’y raccrocher.

Coldplay – Til Kingdom Come


Deux semaines ont passé depuis mon dernier point à propos de Casca. Depuis, pas grand-chose, quelques coups de coeur de libraires en plus, et une note de lecture un peu étrange. Le livre a maintenant un mois. Il en reste deux pour faire mieux.

J’ai honte de lui avoir fait confiance. Il est venu me voir parce qu’il avait des questions sur la façon dont j’avais coulé la dalle de la terrasse. Il m’a dit qu’il voulait faire la même chez lui mais qu’il ne savait pas comment s’y prendre. Les professionnels du Monsieur Bricolage ne voulaient pas lui expliquer. Je l’ai invité à prendre l’apéritif et on a discuté pendant au moins deux heures. Il voulait connaître tous les détails. Je me souviens qu’il écrivait sur son téléphone, pas dans un cahier comme moi je fais. J’ai bien vu qu’on n’était pas de la même génération. On n’a jamais pu avoir d’enfant avec ma femme, et j’étais fier de pouvoir lui transmettre mon savoir. Il a bu la moitié de sa limonade. Il a laissé le verre comme ça en partant, sur le bord de la table. Il ne voulait pas vraiment passer du temps avec moi. Il venait juste prendre ce qu’il avait à prendre. Ma femme est encore sous le choc. Elle ne sort plus de la maison. Elle dit que ce qui est arrivé à ces femmes pourrait lui arriver à elle aussi. Des fois la nuit elle entend du bruit dans le jardin et je suis obligé de sortir avec mon fusil pour la rassurer. Je regarde dans le noir quelques minutes et je reviens lui dire qu’il n’y a personne. Des fois je tire en l’air. Je lui dis que je l’ai tué et qu’il ne reviendra jamais. Si vous lui parlez, s’il vous plaît, ne lui dites pas que la police ne l’a pas encore retrouvé. Si elle vous pose des questions, dites-lui qu’il est mort. Dites-lui que les femmes ont été vengées.


Aujourd’hui j’ai dépensé pas mal d’argent parce qu’en rentrant chez moi je suis passé chez Cartarennes pour acheter des sleeves, et j’ai vu dans leur vitrine les cartouches de Pokémon Pinball et Link’s Awakening DX à un prix vraiment abordable par rapport à ce que j’ai déjà pu voir en ligne donc je suis reparti avec tout.

Et arrivé chez moi j’ai vu que le Google Pixel 4a en parfait état était à un prix que je n’avais jamais vu du coup je l’ai acheté aussi.

C’était une bonne journée de consommation.

A partir de Rivage, j’ai le sentiment d’avoir perdu un lectorat qui aime les langues ouvragées, poétiques ou crues, les grands textes avec de puissantes réflexions sur .

Un lectorat qui se définit comme plus exigeant, construisant son goût loin des best-sellers et des grandes maisons d’édition, loin des prix et de la presse, loin même d’une certaine littérature alternative.

L’alternative à l’alternative.

Là où pourtant, je pense, la plupart des gens me rangent.

Alors je me sens dans une drôle de situation, où tout m’incite à penser que ma place est à la marge, mais où la marge ne comprend pas pourquoi j’y suis.

Et me renvoie cette incompréhension tous les jours.

Trop marginal pour la marge.

Pour la marge ça veut dire : trop mainstream, trop facile, trop creux. Des fois : trop capitaliste. Des fois : trop perché.

Des fois je me dis que je devrais appartenir à quelque chose parce que je vois bien qu’aujourd’hui l’espace littéraire se construit par communautés.

Mais de toute évidence on ne veut de moi nulle part. Et je n’ai jamais su comment m’inclure.

Alors : peut-être que des personnes sont contentes que j’existe parce que je ne suis justement dans aucun espace défini.

Parce que je suis juste .

Cloud Nothings – Final Summer

Oh, I have some thoughts
Oh, I have some dreams
But I need to be happy
With what I’ve got for me


J’ai tenté de voir s’il était possible de configurer un compte Messenger sur Adium, mais ce n’est plus possible depuis des années.

Je voudrais supprimer mon compte Facebook sans rompre les conversations sur Messenger, et sans avoir à discuter sur téléphone (ce que je déteste). Mais il n’y a plus aucun logiciel de messagerie multiprotocoles.

Un logiciel de messagerie desktop qui centraliserait toutes les messageries propriétaires serait sans doute la plus belle invention numérique libre actuelle.

Les sites internet sont un outil désuet qui n’intéresse plus personne.


J’ai construit tous mes outils numériques pour me détacher de l’immédiateté que valorisent les réseaux sociaux. Pourtant, à la sortie d’un livre, je voudrais bénéficier à nouveau de cette immédiateté sans avoir eu à jouer son jeu au quotidien. Je ne veux rien sacrifier et j’espère quand même produire de la magie.

Je m’efforce de construire un espace de patience, qui fonctionne à contretemps d’une époque où tout est urgence et oubli. Je suis convaincu que le sens peut se construire dans la durée, mais je l’éprouve encore mal.

Comme c’est une voie dans laquelle je me suis engagé depuis presque 12 ans, maintenant c’est trop tard pour faire demi-tour. Il faut que j’assume le choix que j’ai fait quand je n’avais aucune idée de ses conséquences. Il faut que je dise à mon moi de 21 ans : c’était une bonne idée.

Il faut que je lui dise : tu vas réussir.

Mais cette réussite ne prendra peut-être pas la forme que tu avais imaginée.


Je sais que je ne dois pas écrire pour la reconnaissance, mais je ne sais pas comment arrêter de faire ce que je fais.

Les Relevés sont un début de réponse car ils n’attendent rien mais témoignent juste du travail qui se fait.

Je pourrais me transformer et partir pour toujours.

J’aimerais bien intégrer des liens dans les hr qui délimitent chacune des entrées des Relevés pour produire un fichier RSS. Mais je crois que c’est au-delà de mes compétences.

Il y a une carte Magic qui traîne sur mon bureau. Son nom : Flemme.

Alone or Lonely

The only time I feel lonely is when I compare myself to others. I don’t even know if it’s loneliness that I feel. The feeling is more like envy.

Dans une nouvelle critique, je lis Un roman complètement barré !! Si vous aimez le cinéma de Quentin Dupieux

Cette comparaison finira par me tuer.

Oh ! sans doute la vengeance des peuples n’est pas un instrument de précision. Ce qu’on attend d’une charge de dynamite c’est qu’elle ouvre un chemin.


Safia Sofi rejoint un groupe d’amies assises dans l’herbe. Elles sont en train de parler de ce qui s’est passé pendant le cours de langues antiques.

C’est un des cours dont Chloé Price est responsable.

Mais ce qui s’est passé n’a rien à voir avec le cours.

Saskia dit qu’elle a vu Daisuke donner un papier à Jared. C’est étrange parce que Jared ne parle jamais à personne à cause de ses problèmes de concentration.

Il sort toujours son MacBook Air en début de cours pour écrire littéralement chaque mot que chaque professeur dit sur un document unique. C’est impossible de lui parler quand il écrit.

Le document est illisible vu de loin.

Jared a été témoin du meurtre de la famille de son meilleur ami Cliff il y a quelques années et depuis il pense qu’il est surveillé et que des gens veulent le tuer.

C’est ce qu’il a dit à Daisuke qui l’a dit à Saskia. Daisuke pense que Jared est fou et il le dit à tout le monde sur le campus. Il dit : le cerveau de Jared est complètement cuit.

Alors Saskia a trouvé bizarre qu’il donne un papier à Jared en plein cours comme s’il lui disait un truc secret d’ami, ou comme s’il voulait lui poser une question.

Comme s’il lui avait écrit : Jared, qui veut te tuer ?

Saskia dit aux autres qu’elle pense que Daisuke leur cache un truc et qu’il faudrait peut-être le suivre une fois après les cours.

Safia Sofi pense que ce n’est pas une bonne idée mais elle n’ose pas le dire. Elle ne parle pas beaucoup de manière générale, et n’a pas trop de temps à consacrer aux activités entre amies.

Elle doit s’occuper de son petit frère Gon, qui est soigné dans l’hôpital au 3ème étage du Coltane Club 3000.

Les autres filles du groupe sont d’accord avec Saskia quand elle propose qu’elles suivent Daisuke après le prochain cours de langues antiques.

Il faudra qu’elles s’habillent en noir et qu’elles prennent des jumelles.

Daisuke vit encore chez ses parents dans un des quartiers les plus riches de Miami. Il y a des portails, des gardes et des caméras de surveillance.

C’est presque une mission d’infiltration.


Tout à l’heure j’ai repensé à un coup de coeur de libraire sur Casca. J’y ai pensé parce que je visualisais toute la constuction du discours de vente depuis avant même la lecture du livre par la libraire en question.

Voici le coup de coeur :

Un roman totalement barré et on ADORE ! Dans un style dynamique et efficace, Casca se poste pile entre un Marvel et un film de Quentin Dupieux. C’est fou, c’est frais, et on tourne les pages frénétiquement !

Ce sur quoi je voudrais m’attarder c’est le se poste pile entre un Marvel et un film de Quentin Dupieux.

Cette phrase, ce n’est pas vraiment la libraire qui l’a pensée et écrite, mais mon éditeur et le diffuseur.

Parce que pour vendre un livre, il faut le raccrocher à des trucs auxquels tout le monde peut penser. Marvel et Quentin Dupieux en font partie.

Je n’ai rien contre Marvel, mais c’est une licence qui ne m’a jamais intéressé (à la limite je préfère DC Comics), et ne fait pas du tout partie de mon imaginaire. J’ai consenti à ce que cette comparaison soit faite parce que je devais bien admettre que Jojo’s Bizarre Adventure allait toucher beaucoup moins de monde.

C’est un compromis.

Par contre, j’ai dit plusieurs fois à mon éditeur que je ne voulais pas que la mention de Quentin Dupieux apparaisse car Casca n’a vraiment rien à voir avec le cinéma de Dupieux. Mais je me doute que Quentin Dupieux a quand même fini par filtrer à force d’être dit et redit en interne. Le discours officieux est devenu officiel.

La preuve, c’est qu’un autre libraire a écrit ceci dans son coup de coeur :

Il faut imaginer le Seigneur des Anneaux réécrit par Quentin Dupieux

Ce qui se passe, c’est que les gens intègrent des mots-clés commerciaux et les revendiquent comme sincères, alors même qu’ils disent l’inverse de ce qu’est le livre, et qu’ils le qualifient en trahissant de façon plus ou moins consentie l’intention de l’auteur.

Parce que moi je pense qu’il n’y a aucun moyen pour qu’un lecteur fasse le moindre un lien entre Dupieux et Casca sans qu’on lui ait dit avant qu’il fallait faire ce lien.

C’est une hypothèse.

On pousse les libraires à dire Marvel et Quentin Dupieux, et les libraires pensent aller dans le sens du livre en le disant, alors que leurs références personnelles auraient sans doute été plus justes quant à mon livre.

Et en fait je ne sais pas à quel point ces libraires pense que mon livre se poste vraiment entre Marvel et Quentin Dupieux, ce qui serait en partie un contre-sens, ou un hors sujet.

Ou si ils le disent parce qu’on les a incités à le penser, ce qui transforme des déclarations a priori sincères en redites améliorées du discours de vente préétabli.

Qui dit la vérité, quand on vous dit à l’avance ce qui doit être vrai, et qui est faux.

Comment lire les livres ?

Peut-on sortir du commerce ?

Vampire Weekend – The Surfer


Chloé Price passe la porte du Elcielo. Une serveuse vient à sa rencontre et la guide vers la table où Palmyre est déjà installée.

Les seules lumières viennent de veilleuses disposées sur les tables qui sont toutes assez loin les unes des autres.

Les visages des gens qui mangent ne se voient pas.

La serveuse présente la bonne table à Price et disparaît dans l’obscurité. Désolée pour le retard, dit Price en s’asseyant.

Palmyre dit : je n’ai pas encore commandé.

Il y a quand même un verre de vin à côté de son assiette.

On n’est pas obligées d’en parler, dit Price. J’ai besoin qu’on en parle, dit Palmyre. Je ne vais pas te retenir longtemps. Tu n’es même pas obligée de manger. Tu as vu ce qui s’est passé au Coltrane Club ? J’ai vu, dit Price. Tu en penses quoi ? dit Palmyre. Je n’en pense rien, dit Price, j’ai d’autres choses à penser.

Est-ce que j’écrirais des livres si j’avais des amis ?

Toutes les maisons ne sont pas des foyers.


Peut-être que ce n’est pas une compétition, mais tout le monde fait comme si.

Je ne sais pas quel sens donner à tout cela, ni quel message le destin veut me faire passer. Je n’aurais jamais imaginé m’enfoncer dans un tel marécage.

On voudrait des artistes aimables, qui sourient quand on leur tapote la tête et ouvrent la bouche quand on leur fait aaaaah.

Comment tous ces gens se connaissent ?

Le privilège de ne pas être triste.

Peut-être en train de devenir fou.


On voudrait me censurer comme si j’avais quelque chose à perdre à parler. Mais je n’ai rien à perdre : je n’ai jamais gagné.

Je vois paraître des livres qui développent sur 100 pages une idée que j’utilise dans une page de mes romans. Je n’optimise pas assez mes idées. Pour une moi une idée c’est rien.

A partir de combien de coups de coeur on surmonte la dépression ?

Peut-être que j’ai grillé toutes mes cartouches.

Pas inconnu, méconnu.

C’est un livre que j’ai écrit pour dire que je me sens seul, mais maintenant je me sens encore plus seul.

Je regarde sur Google Maps des villes au Mexique où des gens sont décapités. Certaines villes sont faites pour tuer et être tué. Des villes très près de chez vous. Moi j’en connais une. J’ai grandi dedans.


Des fois il y a votre nom sur un petit écriteau parce que tout le monde a oublié qui vous étiez.

Dans les nouveautés du jour il n’y a pas votre nom pour la même raison.

Les micros sont faits pour parler à la bonne distance. La bonne distance est : 3 centimètres. Aucune autre distance ne marche. Il est déconseillé d’essayer.

Une distance au hasard : 9999 kilomètres.

Tout est payant sauf pour les professionnels pour qui tout est gratuit. La valeur des choses à vendre : gratuit. La valeur du travail : aucune.

L’entrée est payante, les livres sont payants, les sandwiches, les boissons, les transports, sauf pour ceux qui sont invités.

Il vaut mieux être invité sinon c’est une perte sèche.

Personne ne lit les livres achetés.

Les questions arrivent toujours dans le même ordre. La dernière question est une ouverture donc il ne faut pas y répondre comme aux autres questions.

Il faut projeter les vieux dans le futur, pour quand ils seront morts.

Les vieux doivent comprendre qu’ils ne liront plus jamais aucun de vos livres. Ils doivent ressentir l’angoisse des années qu’ils leur restent à vivre en sortant de la salle.

Ils doivent le lire en ouvrant le prospectus. À la place de la rencontre suivante il y a le temps qu’il leur reste à vivre. Pour certains c’est quelques secondes.

Pour certains c’est écrit : 30 secondes.

C’est presque un soulagement.

Il y aura des places assises pour tout le monde.

J’avais perdu la mémoire dans un monde sans noms dont je voyais le paysage, les constructions, les objets, les ustensiles et les gens défiler à côté de moi, qui étais étranger à tout cela, comme si je passais continuellement au travers. Je n’étais jamais à l’intérieur. Je me fixais sur un détail du quotidien susceptible de m’aider à regagner une réalité passée où tout redeviendrait comme avant, mais que je ne parvenais pas à définir, juste à évoquer. – Sergio Gonzalez Rodriguez, L’homme sans tête (trad. I. Gugnon).


Les bandeurs de livres.

Les vieux alignés sur des rangées de chaises en métal, avec un dépliant dans la main droite et leur manteau sur les cuisses.

L’obsession des grandes salles avec estrade.

Des sièges recouverts de tissu avec une assise confortable sans être relâchée. Un micro pour chaque personne, mais le câble pour qui est le plus loin est toujours trop court.

Des plantes en pot de chaque côté de la scène.

Un panneau vertical avec l’affiche de l’événement.

Des bouteilles d’eau en plastique sur la table basse et des verres à remplir. Il est possible de boire les bouteilles directement au goulot. Il est possible de ne pas toucher aux verres.

Il est possible de ne pas avoir bu s’il n’y a rien eu à dire.

Boire beaucoup peut vouloir dire : je ne veux pas être là.

Les piles de livres qui n’ont pas été lus. Partout ailleurs, des piles de livres non-lus qui ne seront pas lus. Des fois ils seront vendus, mais pas à la même vitesse.

Pour aller d’une salle à l’autre il vaut mieux un plan.

Il faut répondre à qui est à côté mais parler à qui est en face.

Il vaut mieux ne pas répondre aux questions.

Il vaut mieux ne pas accepter le verre après. Il vaut mieux ne pas accepter la nourriture même si elle est offerte. Dans l’idéal il vaut mieux ne pas venir parce qu’ensuite il n’est plus possible de partir.

Tout ce qui est convivial est faux.

Personne ne vous aime.

Sa thèse était la suivante : nous agissons tous comme si le capitalisme était une sorte de monstre qui se dresse au-dessus de nous. En réalité, il n’est rien d’autre qu’une chose que nous produisons. Chaque matin, au réveil, nous recréons le système capitaliste. – David Graeber, Bullshit jobs (trad. E. Roy).


Petit point 2 semaines après la parution de Casca : 2 rencontres en librairies dans 2 villes différentes (Rennes, Bruxelles) dont 1 partagée, 3 lecteurs et 2 notes sur Babelio pour un total de 2/5, 15 livres vendus à des potes, 3 à des inconnus, 1 lecteur et 1 note sur Goodreads pour un total de 5/5, 3 coups de coeur librairies dans 3 villes différentes (Toulouse, Paris, Bayeux), quelques retours informels enthousiastes.

On estime la vie d’un livre à 3 mois environ.

Il me reste 2 mois et demi pour faire mieux (= m’en remettre au hasard).

Je vous retrouve dans deux semaines pour la mise à jour.

Agenda à venir : néant. Vous pouvez me retrouver : nulle part.

Il faut bien que j’extériorise quelque part.

Inoxtag dit : voilà, croyez en vous. Si vous croyez que vous pouvez faire quelque chose, faites-le. N’écoutez pas les gens, essayez de devenir meilleur, essayer d’apprendre. Si jamais vous échouez, c’est pas grave vous avez appris. Vivez à fond et vivez pas à travers quelqu’un. Développez-vous des passions, apprenez, allez dehors, allez découvrir des choses.

J’ai envie que toi aussi tu sortes, dit-il, que tu fasses des choses, et pas juste tu regardes quelqu’un faire. J’ai envie que toi aussi tu deviennes celui que tu as envie d’être.

Il dit : moi j’ai le droit de rêver, et j’ai envie que toi aussi tu aies le droit de rêver.

Nada Surf – Amateur


La meilleure salle de musculation de Miami est le Green Monkey. C’est là où la culture physique se ressent le mieux.

Elle est équipée de toutes les machines nécessaires pour se muscler et en plus il y a une ambiance au top.

Elle propose des services comme le deep tissu massage et la cryothérapie, et des espaces pour consommer des repas diététiques, se faire coiffer, laver sa voiture, se laver soi, apprécier une vue à 360º sur la plage, acheter les vêtements des sponsors principaux de la salle, et même boire des smoothies protéinés faits maison.

Miami est la seule ville à proposer ce genre de services.

Les baies qui entourent les salles laissent passer le soleil à toute heure de la journée.

Il y a clairement moyen de faire ses séries de développé couché le matin devant un beau lever de soleil, et de revenir le soir pour faire ses séries de curl marteau en profitant du rayon vert.

Le Green Monkey est un espace de dépassement, d’entraide et d’amitié.

Ce qui me fait précisément désespérer de l’avenir, c’est que l’écartèlement, l’écorchement, la dilacération de plusieurs milliers d’innocents soit une besogne dont un gentleman peut venir à bout sans salir ses manchettes, ni même son imagination. – Georges Bernanos, La France contre les robots.


J’ai aussi l’impression que mes deux endroits d’écriture (public ici, public en librairie) ont beaucoup de mal à cohabiter. Il n’y a pas de logique cumulative dans ma création, mais plutôt des logiques neutralisantes : chaque nouveau projet est l’occasion de saboter le précédent.

Je ne pense pas avoir ce qu’il faut pour devenir un personnage public. En fait ce n’est pas si grave.

Il faut prendre ce qu’il y a à prendre, même s’il n’y a rien à prendre.

Léa Mosesso, Vivre avec un smartphone obsolète

Et les portraits réalisés dans le cadre de ce mémoire.

Ce travail est passionnant, je vous encourage vraiment à le lire.

Vous commencez à comprendre qu’un événement anodin de ma vie (ici : le remplacement de mon téléphone) m’entraîne presque toujours au bout de la réflexion que je peux avoir à son sujet.


Chloé Price rentre chez elle et dépose son manteau sur le porte-manteau, ses clés dans le vide-poches et son iPhone sur la console.

Les choses retrouvent la place qu’elles ont quittée le matin.

Price ouvre son frigo et regarde à l’intérieur les morceaux de légumes et les conserves entamées. Dans la porte il y a une bouteille de ketchup, un pot de moutarde et une cannette de Sprite déjà décapsulée.

Price la prend et ferme le frigo.

Elle boit la fin de la cannette debout dans sa cuisine.

Un peu en train de bider.

Quand on n’est pas connu comme moi, le mieux après s’est concentré très longtemps sur une chose (un livre), c’est de se concentrer sur complètement autre chose. Sinon le vide et le silence finissent par nous avaler et nous rendre fou.

Des fois j’imagine que je peux parler à mon moi d’il y a dix ans. Il me demanderait : est-ce que ça vaut le coup ? Et aujourd’hui je pense que je lui dirais : non, ça ne vaut pas le coup.

Toute cette énergie qui aurait pu être mise ailleurs.

Dans quoi aurais-je été bon ?


J’ai oublié de vous prévenir ici, mais Casca est disponible à l’achat en ligne et en librairie. J’espère qu’il vous plaira !

D’ailleurs, je suis en rencontre à Bruxelles à la librairie Tropismes le 4 avril. Comme j’aurai un max de temps à tuer le 5, s’il y a des gens qui veulent qu’on prenne un verre, écrivez-moi.

C’est dur de garder le moral, et en même temps il faut garder le moral.

Je me réveille en pleine nuit et je pense à des trucs nuls à propos de moi.

J’ai fini L’Oncle Silas, que dans l’ensemble j’ai trouvé vraiment bof. C’est un roman gothique mais avec que les éléments du roman gothique qui m’intéressent pas : histoires de famille, conquête d’héritage, etc. Rien de mystique ni de surnaturel, à peine des labyrinthes. Je recommande aux kiffeurs de romans bourgeois.

Ce monde est une parabole – un habitacle de symboles – les fantômes d’êtres spirituels, immortels, qui nous apparaissent sous une forme matérielle. Puissé-je posséder le don béni de seconde vue – reconnaîtres les ANGES, sous les merveilleuses formes terrestres qui les parent. Je suis certaine que nous pouvons marcher à leur côté et même, si nous le désirons, les entendre parler ! – Joseph Sheridan Le Fanu, L’Oncle Silas (trad. J. Finné).


Le mode d’emploi de Pokémon HeartGold fait 62 pages couverture incluse. Le papier de la couverture est un tout petit peu plus épais que les pages intérieures. Il y a une impression couleur, et une reliure simple avec deux agrafes. Les dimensions c’est du 10,5 x 10,5 cm.

C’est à peu près l’idée des objets où je voudrais voir mes textes publiés.

J’aimerais bien trouver quelqu’un pour m’aider à imprimer ce genre de livret.

Les jeux que je veux coûtent tous au moins 80 €.

En ce moment quand je regarde ma bibliothèque je trouve qu’il y a trop de livres. J’aimerais faire de la place pour d’autres objets qui me tiennent autant à coeur. Des fois j’ai l’impression de me réduire aux livres, alors que ce n’est qu’une partie de ma vie. Ranger mes decks Commander à la place des Pierre Michon (et dégager Pierre Michon).

Quand je dois changer mon téléphone ou mon ordinateur (une fois tous les dix ans), je prends beaucoup de temps à trouver le remplaçant parce que pour moi ce n’est pas juste changer mon téléphone. Tous les outils qui lui sont liés sont remis en question. Mais des fois je ne veux pas changer d’outils, je suis forcé de changer d’outils.

Mais si je change mes outils, il y a toujours le risque de changer ce que je crée, produis, ou comment je communique.

Des fois c’est pour le mieux, des fois pour le pire.


Le dernier article du Monde sur Marielle Macé c’est vraiment un délire : la chercheuse au CNRS dans son duplex gorgé de lumière avec vue sur le cimetière Montparnasse qui se souvient des gestes de son père boulanger en lisant Ponge pendant une conférence à l’Université de New York.

Juste après elle avoue aussi que ça la fait un peu chier que ses étudiants lisent de la merde (arrêtez de lire des conneries !) mais elle baisse les yeux pour répondre parce qu’elle se rend quand même un peu compte du classisme que ça implique (elle est à l’EHESS).

Il y a pas longtemps j’avais déjà vu passer un post d’elle où elle s’émerveillait de 9 mois passés après le confinement dans la maison des jardiniers de la Villa Médicis.

Toujours mon interrogation : qu’est-ce que ces personnes incarnent, et que pensent-elles incarner ?


Aujourd’hui je ne vois pas d’autre solution pour palier le temps inutile que je passe encore sur les réseaux sociaux que de gaver mon lecteur de flux RSS.

En vrai il y a tellement de sites, même si je me rends compte que souvent ils sont un peu abandonnés parce que c’est chronophage d’écrire et de mettre un minimum en ordre sa pensée.

Aller de site en site c’est vraiment un autre rapport à Internet, au contenu, aux interactions. On a complètement perdu l’habitude. En tout cas moi oui. Des fois là où je passe j’envoie des emails. C’est agréable. Quand j’en reçois aussi.

Sur les sites on peut trouver plein de trucs même si forcément sur des sites d’auteurices comme moi il y a la tendance méta-réflexive d’écrire sur le fait qu’on écrit.

Moi j’aime bien aussi écrire juste sur des obsessions du moment ou mes passions, comme les jeux GBA, le golf, Magic, Pokémon, etc. C’est quand tout se complète que je trouve que les sites deviennent les plus satisfaisants. Quand ils ne font pas trop niche. Quand la vie a l’air d’être vécue et racontée.

Il faut prendre soin de ces espaces et des personnes qui les entretiennent.


Chloé Price descend les stores, éteint les lampes et ferme son bureau. Elle marche avec plusieurs livres sous le bras mais ne croise personne dans les couloirs.

Les casiers sans cadenas sont remplis de morceaux de papier et de vieilles photos d’étudiants.

Les pas de Price résonnent quand elle s’éloigne. L’employé d’une société de nettoyage passe la serpillère sur un bout de carrelage avant de l’essorer dans son bac.

Price marche dans la seule allée encore éclairée avant de bifurquer vers le parking.

Elle rejoint sa voiture et pose les livres sur le toit pour chercher les clés dans son sac en bandoulière.

Une voix dans son dos dit : bonsoir Chloé.

Price reconnaît la voix de Palmyre.

Elle dit : bonsoir Edna.

Elle tourne la clé dans la portière pour l’ouvrir et pose ses livres sur le siège passager. Elle va pour s’assoir mais Palmyre lui dit : Chloé, attends.

Price s’assoit quand même mais ne ferme pas la portière.

Elle regarde Palmyre en contre-plongée.

Elle dit : tu voulais me dire quelque chose ?

J’aurais voulu qu’on parle de vendredi, dit Palmyre. Price dit : je t’écoute. Tu veux pas qu’on aille dans un café ? demande Palmyre. Je n’ai pas le temps ce soir, dit Price.

Alors demain ? dit Palmyre.

Price regarde Palmyre droit dans les yeux.

Elle dit : tu te prends trop la tête. Bonne nuit Edna.

Elle ferme la portière et démarre sa voiture. Palmyre la regarde à travers la vitre. Elle la regarde faire marche arrière et rouler dans le parking. Elle la regarde mettre son clignotant et quitter le parking en direction du centre-ville de Miami.

Les feux arrières se mêlent à toutes les autres lumières de la nuit.


Lana dit : tu ne caches pas tes sentiments aussi bien que tu le penses.

J’ai rêvé de toi cette nuit, dit-il. Lana dit : j’espère que ce n’était pas un cauchemar. Non, dit-il, tu avais 10 ans et je t’offrais une bague en plastique achetée dans un distributeur automatique. C’est mignon, dit Lana.


Du vieux mobilier en bois dans une maison avec vue sur la mer.

Une maison dans le Connecticut en forme de triangle. Il y a des voiles à l’intérieur qui servent de rideaux.

Et maintenant, à mon tour d’être libre.

Quand un coffre a déjà été ouvert, il ne brille plus.

Je me rends compte que depuis que j’ai acheté mon iPhone 5C il y a 10 ans, tout l’environnement du mobile a changé. Je regarde le Google Pixel 4a de 2020 mais les mises à jour logiciel sont finies depuis novembre 2023. Les iPhone 12 mini coûtent toujours au moins 270 €. Un téléphone à 300 € passe pour un téléphone bon marché. Quand comme moi on cherche un téléphone qui fait la base, qui crée pas des tendinites au pouce et avec une batterie correcte, mais qui soit pas un dumbphone, c’est une purge. Des téléphones de la taille du 5C n’existent tout simplement plus. Sur Reddit tout le monde explique que ceux qui aiment les téléphones de cette taille font partie d’une niche super rare parce que maintenant tout le monde veut des gros téléphones. Donc même Apple va finir par arrêter la gamme des mini. L’iPhone SE de 2020 est juste moche. Et les Samsung Galaxy Z Flip qui ressemblent à des Game Boy Advance SP coûtent un mois de salaire. J’aurais pu racheter un iPhone 5S mais le mien lâche à cause de problèmes réseau, et tous les téléphones de cette génération vont finir par y passer. Acheter un téléphone devient aussi relou que d’acheter une voiture.

Je vous tiens au courant.


Pour les personnes qui sont dans le coin à Rennes vendredi : il y a le lancement de Casca à la librairie Comment dire à 18h30. Peut-être qu’on s’y verra si vous existez pour de vrai.

Je joue à Magic en Commander avec mes cousines. J’ai acheté un deck préconstruit avec une mécanique Enquête. J’ai trouvé une boîte pour transporter les cartes qui s’appelle Xenoskin “Floral Places” - Miami Pink.

Je me sens plutôt mal en ce moment. J’ai des problèmes physiques et psychologiques. J’ai des problèmes relationnels et des problèmes au travail.

Hier soir je rentrais de Mellionnec en voiture et à la radio sur France Culture il y avait une émission sur le code avec Nathalie Azoulay. Le karma.


Mon iPhone 5C ne reçoit plus le réseau. J’ai dû changer pour le Samsung Galaxy A10 de Cécile qu’elle n’utilise plus parce qu’elle a cassé l’écran. J’ai la flemme d’acheter un nouveau téléphone. Ils me dépriment tous parce qu’ils ne dégagent rien. Je voudrais parler et écrire dans du plastique. Que mes mouvements me renvoient des signaux. Que tout soit concret.

Dans le monde de Pokémon 2, faire du skateboard peut vous emmener dans des endroits inattendus.

Des fougères devant une palissade en bois.

Tous les objets du passé me manquent.

J’ai le Criton en version Platinum.

« Hélas ! certaines blessures ne peuvent être complètement guéries, dit Gandalf. »
« Je crains qu’il n’en soit ainsi de la mienne, dit Frodo. Il n’y a pas de véritable retour. Je reviendrai peut-être dans le Comté, mais il ne semblera plus le même ; car je ne serai plus le même. Je suis meurtri par le poignard, le dard, la dent, et par un long fardeau. Où trouverai-je le repos ? »
Gandalf ne répondit pas.


Les murs ne sont qu’une suggestion.

Quand la pluie trempe le pignon des immeubles, les parpaings apparaissent.

J’ai en ce moment quelques pulsions de reproduction sociale. Je ne sais pas ce qui m’attire autant vers une vie de moyenne classe, dans une banlieue périurbinaire, si ce n’est le souvenir de la vie de mes parents, et donc de ma propre vie. Je ne suis pas certain d’avoir trouvé ce que je cherchais en ville, ou disons que le potentiel qu’elle renfermait s’amoindrit chaque jour. Je voudrais vivre caché à la vue de tous, me garer sur des parkings, faire des trajets simples mais récurrents dans des atmosphères banales, m’habiller de vêtements sur cintres, regarder les autres comme ils me regardent, manger dans des salons décorés à la façon des catalogues, m’endormir pour recommencer, faire le tour d’un lac, passer derrière l’école, sourire pour de vrai.

Suite des recherches pour un roman qui va vite : Michaël m’a conseillé Michael Kohlhaas, qui est ce que je cherche.

FM Skyline - Fresnel

Le Cavalier Noir rejeta son capuchon, et voici ! il portait une couronne royale ; mais elle ne reposait sur aucun crâne visible. Les feux luisaient, rouge, entre celle-ci et les vastes épaules enveloppées de noir. D’une bouche invisible jaillit un rire macabre. – J.R.R. Tolkien, Le Seigneur des Anneaux III : Le Retour du Roi (trad. D. Lauzon).


Je ne me suis jamais vraiment inquiété. Je le voyais se promener à pied dans le quartier, autour des maisons. Des fois il faisait des aller-retour en voiture dans la rue. Je ne sais pas s’il savait que tout le monde l’avait remarqué. Je ne sais pas si se rendre visible faisait partie de sa stratégie, pour détourner l’attention ou quelque chose dans le genre. C’est vrai que maintenant tout le monde dit que c’est le cas, mais des fois même si des choses ont l’air reliées en fait c’est le hasard ou notre interprétation qui les relie. Ce n’est peut-être pas volontaire. Je pense qu’il a beaucoup joué de ce flou, de ce que les gens du quartier penseraient d’un homme qui rôde à découvert. Après à force tout le monde oublie qu’il est là, qu’il marche, qu’il conduit, qu’il regarde. Il fait partie du paysage, donc tout le monde baisse sa garde. Je sais que j’en parle comme si je n’étais pas concerné, mais je me sens responsable, comme tout le monde ici, j’interprète tous ses gestes, tous ses déplacements. Je le revoie s’arrêter à hauteur d’une fenêtre, parler avec un enfant qui joue dehors, écrire sur des post-it. J’entends encore le rythme de sa marche, le moteur de sa voiture. La seule chose dont je ne me souviens pas, c’est de son visage. Il avait toujours une casquette, et je ne l’ai jamais vu sans. Je sais que si quelqu’un pouvait le reconnaître l’enquête ne traînerait pas autant. Je me demande encore comment on a pu le laisser vivre autour de nous sans jamais essayer de savoir à quoi il ressemblait. Un coupable c’est toujours un visage. C’est l’élément le plus important. À la fin, c’est le seul qui compte.


Le soleil revient trop tard. Il a fait nuit toute la journée.

Je n’ai jamais retrouvé les perles de mon enfance.

Hier soir j’ai fait deux parties de Magic en Commander avec mes cousines. C’était cool.

Suite de la quête pour des livres qui vont vite.

Guillaume m’a conseillé Vango. Siméon m’a conseillé Simenon dans l’absolu, Colline, La Cicatrice, Slam et Fantômas. Et Adrien m’a conseillé La Chasse.

Aucun de ces livres n’est celui que je cherche, mais c’est parce que je suis quelqu’un de très chiant.

Je me sens toujours mal quand des gens prennent le temps de m’aider et que je leur réponds en sous-entendant qu’ils ne m’ont pas assez bien aidé.

Je n’ai pas envie que les gens pensent que je ne suis pas reconnaissant.

De mon côté j’ai trouvé deux livres : Le bizarre incident du chien pendant la nuit et Bettica Batenica.

MGMT - Nothing Changes

Maintenant, quand je ne comprends pas ce que quelqu’un dit, je lui demande ou bien je m’en vais. – Mark Haddon, Le bizarre incident du chien pendant la nuit (trad. O. Demange).


Je jette une bouteille à la mer parce que mes recherches n’aboutissent à rien. Je cherche des romans qui vont vite.

Par qui vont vite, je fais référence à des livres aussi divers que Le Livre du Graal, Bouvard et Pécuchet, Moisson rouge, Les Manuscrits Ninja, Les Aventures d’Arthur Gordon Pym, Le Seigneur des Anneaux, Chainsaw Man, ou des trucs genre Manchette, Tao Lin, ou du genre des Mike Kleine, ou tout simplement de ce que j’écris.

En gros des livres sans trop de gras, où les phrases et les événements s’enchaînent sans un milliard de considérations inutiles (psychologiques comme descriptives), et avec des aventures prenantes dans l’idéal. Plus il y a d’ellipses et mieux c’est.

Vu que je lis de tout je cherche dans tous les genres. Si c’est des romans pour ados (YA ou assimilé), je prends d’autant plus.

C’est souvent plutôt une histoire de rythme que de propos. C’est pas forcément concret non plus, souvent un ressenti. Dans l’ensemble, il faut que ça avance.

Si vous avez des idées, écrivez-moi, merci !

J’ai battu la Ligue de Pokémon Emeraude avec Branette, Laggron, Airmure et Chapignon. C’était vraiment vraiment galère.

Quand j’étais petit je m’ennuyais souvent, et je verbalisais aussi souvent le fait que je m’ennuyais. Je le disais à mes parents surtout. Je n’avais pas spécialement de stratégie contre l’ennui. J’ai passé beaucoup de temps sur les mêmes jeux Game Boy et Game Boy Advance. Je démontais et remontais les mêmes Lego. Des fois j’allais demander à la voisine si elle voulait jouer avec moi, mais en vrai je ne sais plus trop à quoi on jouait. Et sinon en général je jouais juste à taper au ballon contre un mur ou à faire des tours du lotissement à vélo.

En réalité, le Dr Naomi Hunter n’est pas le Dr Naomi Hunter.


C’est une des journées les plus chaudes de l’année.

Des étudiants marchent avec un sac sur l’épaule ou des livres sous le bras dans les allées du campus de l’Université de Miami.

D’autres groupes sont assis dans l’herbe ou sur des tables de camping. D’autres jouent au basket ou discutent au bord du terrain, adossés au grillage.

Certains traversent à vélo et en skate.

L’Université de Miami accueille plus de 40 000 étudiants qui viennent du monde entier.

Toutes les disciplines y sont enseignées et certains des plus grands esprits du monde en sont diplômés.

Leurs portraits sont accrochés dans le hall d’entrée du bâtiment principal.

Par exemple il y a les portraits de Tim, archéologue, du Dr. Neo Cortex, scientifique, de Tifa Lockheart, diplomate, de Bryan Vega, archéologue, de Fionna Campbell, chirurgienne, de Mircea Speedwagon, philanthrope, et de Doppio, le maire actuel de Miami.

Tous portent leur uniforme de l’Université.

Ils en font la fierté et le prestige.

Une étudiante marche dans un couloir et s’arrête devant la porte du bureau de Chloé Price. Il y a écrit : Chloé Price, archéologue.

Elle frappe et Chloé Price lui dit d’entrer.

Le bureau est entouré de bibliothèques remplies de livres anciens, de vitrines avec des fossiles de poissons et d’ammonites, de diplômes encadrés et de petites statuettes.

Scott… Devenir le meilleur dresseur POKéMON prend du temps et est très difficile… Vas-tu tenir le coup ? Abandonner maintenant serait stupide. Tu ne dois pas oublier ton rêve. Je suis impatient de te revoir !

Avec un tempérament comme le tien, tu surmonteras tous les obstacles de la vie.

Je pêche comme un méga dingue. Je fais des combats, aussi.


Tout à l’heure j’allais faire les courses et j’ai pensé à deux trucs qui a priori n’ont rien à voir.

D’abord j’ai pensé à ma mère, que je dois rappeler. Et après j’ai pensé à Casca et à la soirée de lancement à Rennes le mois prochain.

Et je me suis rappelé que ma mère n’avait pas pu lire Rivage à cause des références et des noms de certains personnages qu’elle ne comprenait pas. C’est ce qu’elle m’avait dit après avoir essayé de le lire.

Je me suis dit que c’était normal qu’elle ne comprenne pas le nom d’un personnage comme DuKeNuKeM-4D. Peut-être qu’elle ne sait même pas comment le lire.

Et pourtant.

J’ai découvert Duke Nukem 3D sur l’ordinateur de ma mère. C’était son ordinateur de travail, un Packard Bell avec Windows 95.

Sur le même PC j’ai aussi découvert des jeux comme Sim City, Comix Zone, Ecco, Rayman, ou Le bus magique explore le système solaire.

Je devais avoir entre 7 et 10 ans, donc je parle d’une période entre 1998 et 2001.

J’étais un des premiers à l’école à avoir un ordinateur. Guillaume me l’a confirmé dans un mail il y a quelques jours.

Et donc je trouve amusant que l’ordinateur que j’utilisais quand ma mère ne l’utilisait pas a développé chez moi un imaginaire si étranger au sien.

On avait accès aux mêmes logiciels, au même moment, au même endroit (même ordinateur, même pièce, même maison) et pourtant 20 ans plus tard elle ne peut pas me comprendre.

Je me suis dit qu’en fait on n’est jamais très loin des personnes qu’on aime, et pourtant on est tout le temps toujours beaucoup trop loin.

Si ma mère avait ouvert ne serait-ce qu’une seule fois Duke Nukem 3D, même pour voir, même par erreur, peut-être qu’elle aurait pu comprendre les noms des personnages de mes livres.

Elle aurait compris que je ne viens pas de nulle part.

Que j’ai vécu à côté d’elle.

Et que tout était sous ses yeux.

Moi enfant, c’est moi adulte.

J’utilise les mêmes mots, je pense aux mêmes choses.

J’aime ma mère, je passe du temps dans son bureau, j’appuie sur les mêmes boutons pour allumer la tour puis l’écran, j’utilise la même souris, le même clavier. Je regarde ses cartes aux murs, ses documents, les produits de beauté qu’elle vend.

Je sens son parfum qui reste dans la pièce.

Je vis dans la même maison.

Je vis dans la même maison.

Paint The Silence

Tous ceux que j’entends semblent tellement détendus sans moi, ou déprimés par qui je suis aujourd’hui, ou étais, ou n’ai jamais été. – Dennis Cooper, Défaits (trad. J. Dorner).


Il était aux alentours de 23h30. J’étais en train de m’endormir devant la télé. J’ai toujours un peu de mal à m’endormir en ce moment, donc je reste devant la télé et quand je vois que je m’endors, je me lève, j’éteins la télé et je vais me coucher. J’ai des somnifères mais je préfère ne pas les prendre, sinon je fais des cauchemars. J’étais en train de m’endormir quand j’ai entendu frapper. Je me suis réveillée mais j’ai cru que c’était dans mon rêve. J’ai continué de regarder le téléfilm. J’ai entendu frapper une seconde fois. J’ai regardé l’heure et c’est là que j’ai vu qu’il était 23h30. Je n’attendais personne. Mon mari était au match de foot. Il est bénévole pour la buvette. Il part toute la journée le samedi, ou le dimanche. Le temps que je me lève et marche vers la porte il avait frappé une troisième fois. J’avais oublié de descendre les volets, et je savais qu’il ne partirait pas. J’étais stressée et je me souviens que j’avais du mal à mettre la clé dans la serrure pour ouvrir de l’intérieur. J’avais les mains qui tremblaient. J’ai ouvert et je l’ai vu devant moi. Il portait une casquette. Je ne voyais pas ses yeux à cause de la lumière automatique et de l’ombre de sa visière. Il regardait plutôt vers le sol, mes pieds, ou le paillasson. Il m’a demandé si c’était normal que mes pots de fleurs soient cassés. J’ai des pots de fleurs devant l’entrée du garage, mais ils n’étaient pas cassés quand j’ai arrosé les plantes en début de soirée. Je me suis dit que peut-être mon mari les avait renversés en sortant sa voiture du garage. Je lui ai dit que ce n’était pas grave et que je m’en occuperai demain. Il m’a dit que c’était dangereux de laisser les pots comme ça parce que des enfants pourraient se blesser avec les morceaux. Il n’y a pas d’enfants dans les maisons voisines, donc je n’ai pas compris à qui il faisait allusion. Je lui ai dit que tout irait bien et qu’il n’y avait pas de risques. Il m’a dit que je devrais au moins passer un coup de balai. J’ai entendu un bruit fort venir du salon donc je me suis retournée, et j’ai compris que c’était une explosion ou un tir dans mon téléfilm. J’ai eu peur à ce moment-là, parce que j’ai été surprise par le bruit, qui était beaucoup plus fort que le volume habituel. J’écoute toujours la télé ou la radio assez bas, j’ai des problèmes d’hyperacousie. J’ai voulu lui dire que je m’occuperai des pots et que c’était gentil de m’avoir prévenue, mais il était déjà près du garage en train de regarder les pots cassés. Il m’a dit quelque chose comme : ils pourraient se blesser, ou : je pourrais les blesser, je n’ai pas bien entendu. Il a descendu l’allée et il est parti par la droite de la rue, en marchant sur le trottoir. J’ai fermé à clés derrière moi et j’ai descendu les volets. Mon mari est rentré 20 minutes plus tard. Il m’a dit qu’il n’avait croisé personne près de la maison.

Qui êtes-vous ?

Il y a une version boîte de Pokémon Bleu en vente sur un site marchand local pour 135 euros, et je suis près à l’acheter. C’est bizarre la nostalgie.


Je dors peu.

Qui se souvient de Tokyo Megaplex ?

Pourquoi je n’arrive pas à être plus enthousiaste.

Je crois que les gens viennent ici chercher ce qu’ils veulent. Il n’y a pas une lecture des Relevés. Il y a plein de choses à l’intérieur. En fonction des obsessions les motifs ressortent. Moi j’ai beaucoup d’obsessions, mais certaines vous piègent plus que d’autres. Vous avez vos travers, qui sont les mêmes que les miens. Vous avez vos lubies, les mêmes que les miennes.

Vos angoisses, les mêmes. Vos joies, les mêmes.

Personne ne vient chercher quelque chose en particulier, parce qu’il n’y a pas un moi en particulier.

Tout va bouger, quand je vais bouger.

Bonne nuit.

Moi. Comme des limbes que je parcours, impatient déjà de m’en aller, puisque je sais que je peux entrer, sortir, rester là sans déranger, toucher ni saisir rien de vivant. – Tony Duvert, Portrait d’homme-couteau.


Je me contente de signaux faibles en attendant les signaux forts.

Si je ne passe plus mon temps à recevoir, je vais être obligé de créer à nouveau.

On dirait que je fais tout pour ne parler de ce dont je veux parler. Je n’ai pas le courage de dire les choses honnêtes. Je refuse le contact. Les gens sont blessés mais je pourrais les blesser encore plus. Je présente mes excuses avant d’être désolé. Je dessinais des scènes violentes mais je ne les imaginais pas. J’ouvrais des portes mais je ne voyais rien. Les autres imaginaient et voyaient pour moi. J’ai compris très vite ce que je faisais parce que les autres le disaient à ma place.

Ils avaient les mots pour me ranger dans la catégorie des monstres. Je ne savais pas que je le serai ensuite toute ma vie. Je ne peux pas me débarasser d’une peau qui est ma seule peau. C’est celle que j’ai depuis que je suis enfant. C’est celle que j’ai depuis toujours.

Il y a quoi derrière ma peau d’enfant.


Je reviens de loin.

J’écrivais très mal parce que je voulais me faire passer pour quelqu’un que je ne suis pas. Je faisais semblant parce que je trouvais ridicule d’être honnête. J’écrivais beaucoup. J’utilisais des images. J’avais un truc à prouver. Je jouais au plus malin. Je n’avais pas compris le vrai usage des mots. Je ne savais plus comment aimer.

On rentre chez soi et il n’y a rien pour soi.

Qu’est-ce qu’il y a après coupable ?

I don’t like leaving
The door shut
I think I missed something
But I’m not sure what

Et donc une autre strate de mon imposture fondamentale, c’est que je me racontais que ma solitude était spéciale, qu’elle était ma faute à moi tout seul parce que j’étais spécialement hypocrite et faux. – David Foster Wallace, L’Oubli (trad. C. Recoursé).


Mon ordinateur me renvoie un grand silence.

Avec Cécile on a été voir Perfect Days, qui est un beau film, plein d’objets qui ont du sens.

Je suis retourné au golf aussi. Il y avait beaucoup plus de monde que ce à quoi je m’attendais. Je n’ai pas joué sur le parcours, je me suis juste entraîné. D’autres types comme moi faisaient des approches sur le même green. Personne ne s’est parlé. J’ai aidé un joueur à retrouver sa balle perdue dans les feuilles mortes. L’herbe était spongieuse et plein de terre molle. Quand je suis rentré il faisait encore un peu jour.

Quant à la nostalgie du Paradis, elle est universelle, bien que ses manifestations varient presque indéfiniment.


Je me cache parce que je suis insupportable.

Si j’avais moins de choses à me reprocher je pourrais montrer mon visage.

Il y a deux ans j’ai écrit un ensemble de textes rassemblés ici sous le titre Autoportrait au serial-killer. C’était pas mal comme projet, assez fidèle à qui je suis et à comment j’apparais aux yeux des autres.

C’est dans un studio d’enregistrement. Taylor est assis sur une banquette avec ses genoux repliés contre son torse. Ses cheveux blonds tombent jusqu’aux épaules des deux côtés de son visage. Il a des lunettes noires, un tee-shirt blanc, un pantalon marron trop large et des baskets blanches.

Il écoute son ami jouer de la guitare.

Il est heureux de l’entendre jouer.

Foo Fighters - Everlong (Live At Wembley Stadium, 2008)

En échappant à son historicité, l’homme n’abdique pas sa qualité d’être humain pour se perdre dans l’« animalité » ; il retrouve le langage et, parfois, l’expérience d’un « paradis perdu ». Les rêves, les rêves éveillés, les images de ses nostalgies, de ses désirs, de ses enthousiasmes, etc., autant de forces qui projettent l’être humain historiquement conditionné dans un monde spirituel infiniment plus riche que le monde clos de son « moment historique ». – Mircea Eliade, Images et symboles.


Je découvre une photo prise en 2016, dans un contexte professionnel.

Elle porte son sac sur l’épaule et se tient debout sur une jambe exactement de la même façon que quand j’avais 15 ans et que je passais chez elle après le lycée pour écouter Silverchair.

Tous les autres sont tellement loin de moi.

Chaque année qui passe me rapproche d’une solitude totale.

J’aimerais aimer mais les paroles manquent et les actes aussi. J’ai tourné le dos à un pays de fantômes qui me cherchent. La seule façon de m’en sortir c’est de les embrasser, mais ils ne veulent plus de moi.

Tout s’explique par le mal que j’engendre.

Il faudrait dire pardon.

Mais qui veut encore de mon pardon.


Je peux enfin l’annoncer : Casca la couronnée, mon prochain roman, sort en librairie le 22 mars.

Vous pouvez le précommander sur Place des libraires ou même sur Amazon ou ailleurs, en vrai faites comme vous voulez.

Il y a la présentation complète sur le site des éditions de l’Ogre.

Comme vous lisez mes Relevés vous aurez compris que c’est la suite directe de Rivage au rapport mais que ce n’est affiché nulle part pour limiter les risques de ventes.

Donc si vous n’avez pas lu Rivage vous comprendrez tout parfaitement, mais si vous l’avez lu vous comprendrez encore mieux.

J’espère qu’il va vous plaire.

Maintenant je vais essayer d’être transparent.

Ce livre est très important pour moi. Ce que j’ai écrit dedans est très important, du genre vraiment important, mais sa réception l’est autant.

Je me sens un peu à court d’énergie, et je crois que j’arrive à une forme de lassitude, que je ne pense pas pouvoir surmonter si ce livre ne rencontre pas un public plus significatif que mes autres livres.

Je ne me sens pas en échec, je me sens juste nulle part. Je ne fais partie de rien, je n’ai voix à rien, ma création est tout simplement absente.

Chaque livre est une façon pour moi de me battre contre cette absence dont je souffre depuis que je suis enfant. Une forme de voile sur mes émotions, mes paroles et mes pensées.

Mais elle ne peut disparaître que si il y a des gens en face pour me voir.

Alors je le dis comme un souhait.

Comme une prière que j’adresse au ciel en fermant les yeux, à genoux sur mon lit.

Je dis : s’il vous plaît.

Je le dis tout bas.

Personne ne peut m’entendre.

Je serre très fort mes mains l’une contre l’autre. Je dis : je vous en supplie. Il faut que ça marche.

C’est mon rêve.

Natalie Imbruglia - Torn


Des fois je suis injuste mais il ne faut pas oublier que des fois aussi je suis juste.

Tout le monde se donne beaucoup de mal.

Une promenade bitumée avec du grillage sur les bords et derrière des haies de buis.


Dans la rue les trottoirs sont faits des mêmes dalles que les allées des jardins. Les voitures sont garées devant. Il n’y a pas besoin de marcher beaucoup. Les voitures démarrent toujours.

Dire les choses avec le coeur.

Je crois que je n’ai pas la même vision du roman feuilleton que les gens qui font du roman feuilleton.

C’est plat, c’est mou, c’est lent, les personnages parlent comme au 19ème siècle et il faut attendre 50 pages pour qu’il se passe concrètement un truc.

I felt like I could speak through the food, like I could communicate through creativity. And that kind of confidence, like I was good at something that was so new and that was so exciting, and I just wanted him to know that, and fuck, I just wanted him to be like, “Good job.”


Un enfant se retourne dans la rue sur Cécile et moi et se met à pleurer. Quand on le dépasse, sa soeur lui dit : mais n’aie pas peur, ce ne sont pas des monstres, ce sont des gens comme nous.

Toujours fasciné par les gens qui arrivent à vendre ce qu’ils font.

Un homme que je croise dans la rue me dit : on a mis les gants.

Je regarde mes mains.

Il a raison : j’ai mis les gants.

Watch out : le jeune écrivain multi-primé écrit une tribune réac qui sert de caution islamophobe à toute la droite !


Je viens de me rendre compte qu’un lien sur la page de l’année dernière, intitulé A good reason not to write in books, renvoie vers la page Amazon de la montre de sport que j’ai demandée à mon père pour Noël.

Je n’arrive pas à battre la Ligue de Pokémon Emeraude. Mon équipe se fait déboiter par les Oniglali de Glacia.

Mais l’histoire du genre humain se complique de tant d’événements imprévus, bizarres, mystérieux ; les voies de la vérité s’embranchent à tant de chemins étranges et abrupts, les ténèbres se répandent si fréquentes et si épaisses sur ce pèlerinage éternel, l’orage y bouleverse si obstinément les jalons de la route, depuis l’inscription laissée sur le sable jusqu’aux Pyramides ; tant de sinistres dispersent et fourvoient les pâles voyageurs, qu’il n’est pas étonnant que nous n’ayons pas encore eu d’histoire vraie bien accréditée, et que nous flottions dans un labyrinthe d’erreurs.


Des fois je relis des phrases que j’ai écrites, et je me dis que je suis pas trop mauvais. Et des fois je lis d’autres phrases, et je me dis l’inverse.

Le mieux c’est encore quand je ne lis pas, parce qu’au moins je ne me dis rien.

Je dois souvent me répéter : ne va pas sur l’ordinateur, ne regarde pas ton téléphone.

Dans le nouveau roman de Nathalie Azoulai intitulé Python, la narratrice dit cette phrase à la page 14 : [Le père de Boris] l’a élevé dans le goût de l’art et de la littérature, mais maintenant qu’il code, met-il encore les pieds au musée ?

C’est un genre de littérature réactionnaire.

Vous vous rendez compte qu’il peut encore y avoir des textes du genre en 2024. C’est vertigineux. Un livre sur le code. La littérature c’est vraiment pour les vieilles personnes. Ils se font des manuels pour comprendre le monde mais avec 40 ans de retard. Astuce de vieux : comparer le codeur à Proust.

Autre bout de phrase : Sous les claviers qui cliquettent, les doigts virtuoses, jaillissent une algèbre véloce, une grammaire multicolore, de vieilles polices de machine à écrire comme d’avant l’ordinateur […]

C’est un délire.

Une grammaire multicolore sous les claviers qui cliquettent.

Si Nathalie Azoulai vit assez longtemps dans 20 ans elle écrira son roman Playstation, et encore 20 ans plus tard iPhone 15.

Create more. Consume less


Après Facebook, après YouTube, après les NFT, les boomers de la littérature arrivent sur ChatGPT. Je cherchais un commentaire à faire mais finalement tout est dit.

Il a fait beau ce matin, moins l’après-midi.

C’est le premier jour de l’année.